Actisud Occitanie

Actisud Occitanie

Actisud Occitanie

Expert dans la désinfection à l’Ozone

Le professionnel au service de tous

Intervention 7j7 et 24h/24

La réglementation autour des rodonticides AVK évolue.

Les autorisations pour les substances actives biocides et la mise sur le marché sont encadrées au niveaux européen (règlement n°CE 528/2012) et français via l’ANSES.

L’objectif principal est d’assurer un niveau de protection élevé pour l’Homme, les animaux et l’environnement en limitant la mise sur le marché aux seuls produits biocides efficaces et ne présentant pas de risques inacceptables.

Organisation de l’évaluation

Au niveau européen, un Etat membre est désigné et doit produire un rapport d’évaluation qui est discuté ensuite avec l’ensemble des autres Etats pour aboutir à une décision unique. L’approbation ne peut pas excéder 10 ans et dans le cas des rodonticides AVK elle est en général de 7 ans.

Au niveau français, l’ANSES est chargée de coordonner au niveau national l’évaluation des dangers, des risques et de l’efficacité des substances actives et des produits biocides. En se fondant sur les conclusions de l’évaluation et sur le comité de suivi des Autorisations de Mise sur le marché (AMM), l’organisme délivre ou non l’autorisation.

Dans le cas des rodonticides AVK, l’autorisation est en général de 5 ans.

Quels sont les usages des rodonticides ?

Le traitement avec rodonticides se retrouve dans 5 scénarios possibles :

Les réseaux d’assainissement (ex: égoûts)

Autour et à l’intérieur des bâtiments

Les zones ouvertes extérieures (ex: parcs et jardins)

Les talus et berges (ex: rivières, écluses …)

Les décharges et déchetteries

Il est donc important de s’assurer de mettre en oeuvre le produit dans le scénario pour lequel il a été autorisé.

Les mesures de gestion des risques

Selon l’usage, des mesures précises ont été émises lors du dernier renouvellement des AMM des produits rodonticides AVK , dont :

“Ne pas utiliser le produit en guise d’appât permanent pour éviter l’invasion de rongeurs ou surveiller les activités de rongeurs”.

Qu’est-ce que l’appatâge permanent ?

L’appâtage permanent est une technique d’application rapide et illimitée. Les appâts rodonticides sont maintenus à un ou plusieurs endroits, à l’intérieur et/ou à l’extérieur, que les rongeurs ciblés soient réellement présents ou non.

Les points d’appâtage sont visités à intervalles de plusieurs semaines à six mois. L’objectif principal est d’empêcher les rongeurs de s’établir plutôt que de les intercepter et de les empêcher de pénétrer dans les locaux. L’intention secondaire est de surveiller l’activité des rongeurs par l’inspection de la consommation d’appâts.

Pourquoi ce changement ?

L’appâtage permanent génère un risque important d’empoisonnement d’espèces non cibles, y compris
des rongeurs non ciblés (Document RMM Berny et al. 2014) et favorise la résistance génétique aux anticoagulants
(RRAC 2015).

En pratique

Si aucun présence de rongeurs n’est décelée: 

– La mise en place d’appâts rodonticides AVK n’est pas autorisée.

Si une présence de rongeurs est avérée alors :

– La mise en place d’appâts est autorisée.

– Il faut justifier l’usage par l’enregistrement de traces.

– Le dispositif doit être retiré dès l’enrayement de la présence de rongeurs.

Quels sont les instructions d’utilisation ?

Outre les mesures de gestion de risques, les AMM précisent et donnent également des instructions spécifiques à respecter lors de la mise en oeuvre de rodonticides anticoagulants.

Quelques exemples :

Faire un diagnostic préalable et une évaluation sur site de la zone infestée pour identifier les espèces de rongeurs, leurs lieux d’activité et déterminer la cause probable ainsi que l’ampleur de l’infestation.

N’utiliser le produit que dans le cadre d’un système de lutte intégrée incluant notamment des mesures d’hygiène et, si possible, des méthodes physiques de contrôles.

Une inspection des postes d’appâtage tous les 2 à 3 jours pour les souris (5 à 7 jours pour les rats) au début du traitement, puis au moins une fois par semaine par la suite.

Les postes d’appâtage doivent si possible, être fixés au sol ou à d’autres structures.

Lorsque le produit est utilisé dans les lieux publics, les zones traitées doivent être signalées pendant la période de traitement et une note expliquant le risque d’empoisonnement primaire ou secondaire par l’anticoagulant doit être apposée à proximité des appâts.

L’appât doit être sécurisé de façon à ce qu’il ne puisse pas être déplacé à l’extérieur du poste d’appâtage.

Placer le produit hors de la portée des enfants, oiseaux, animaux domestiques, animaux d’élevage et autres animaux non cibles.

Si après une période de traitement de 35 jours, les appâts continuent d’être consommés et qu’aucune réduction de l’activité des rongeurs n’est observée, il convient d’en déterminer les causes probables.

Cette évolution réglementaire amène les entreprises de lutte contre les nuisibles à mettre en place une méthodologie précise de lutte.